ECOLO
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Lettre à INTRADEL

Lettre ouverte
05.12.2006
Monsieur le Président du Conseil d’Administration,
Je tiens à vous faire part des faits suivants :
Le 01.12.2006 je me suis rendu au recyparc de la chaussée verte à Remicourt.
J’avais +/- 1 M3 de plastic à y déposer, des carcasses de téléphones.
Pour votre information outre conseiller communal j’ai une activité complémentaire dans l’électronique et l’informatique.
Quelle ne fut pas ma surprise de me voir refuser l’autorisation de déposer les déchets dans les encombrants !
Vos agents m’ont conseillé de demander une « carte rouge » afin de pouvoir aller déposer mes déchets à Waremme.
Je n’ai jamais entendu parler de cette carte avant.
Après avoir pris langue avec la Direction d’Intradel, le responsable des recyparcs, il me fut confirmé que ces cartes étaient bien distribuées par Intradel, mais uniquement pour le parc de Waremme et uniquement pour les entreprises de Waremme.
Une autre solution était d’aller au CAVIC, mais le dépôt y est payant !
En réalité il s’agit de la S.A. SHANKS, ils se présentent d’ailleurs ainsi au téléphone.
Ceci m’amène à vous poser les questions suivantes :
1° Quelle différence y a-t-il entre 1M3 de plastic apporté dans les déchets encombrants par un privé ou par un commerçant au niveau du traitement ?
2° Pourquoi m’empêcher de déposer des déchets alors que ma carte est encore largement valable, je n’y suis passé qu’une fois en 2006 ! (carte numéro : 0 066 460)
3° Pourquoi parler de CAVIC alors que selon nos informations il s’agit d’une société privée, la S.A. Shank !
Quelle est l’utilité de l’intervention d’INTRADEL entre deux partenaires privés ?
4° Selon la Direction d’Intradel, seules 6 industries ont demandé la carte rouge à Waremme. Puis je savoir quelle publicité a été faite autour de cette carte auprès des industries de Waremme ?
5° Au niveau de l’éthique, il est connu que les recycleurs de plastic après en avoir rassemblé de grandes quantités les expédient ensuite en Chine. Là-bas ce sont des enfants qui les trient suivant des procédés archaïques et extrêmement toxiques pour la santé. Ceci a été reconnu au téléphone par l’un de vos employés. Exigez-vous des garanties à ce sujet lors de l’élaboration du cahier de charge avec vos partenaires commerciaux ?
Je constate donc que :
• pour les petites entreprises il faut payer deux fois pour se débarrasser des déchets. Une fois via les taxes à Intradel, une autre fois lors du dépôt à la S.A. Shanks.
• Vous induisez par vos pratiques une inégalité flagrante entre les petites industries de Waremme et celles du reste de la Région !
• Cette façon d’agir ne correspond en rien à vos affirmations, notamment celles contenues dans le plan stratégiques 2007, où vous indiquez votre volonté de vous ouvrir aux P.M.E. et récolter le plus de plastic possible !
En vous remerciant de l’attention portée à la présente lettre et dans l’attente de vous lire, recevez Monsieur le Président du Conseil d’Administration mes meilleures salutations.

Le Conseiller Communal ECOLO
Guy BAUCANT


Copie de la réponse sur simple demande par courriel .


Lettre du 05.12.2006
Monsieur le Président du Conseil d’Administration,
Je souhaite vous poser quelques questions sur l’intercommunale INTRADEL dont Remicourt fait partie, à savoir :
1) A la lecture du plan stratégique 2007 je puis constater dans le budget une augmentation de près de 22% à la rubrique « frais généraux » des RECYPARCS. Pourriez-vous m’expliquer cette augmentation ?
2) Je souhaite connaître les statistiques de fréquentation de votre collecte spéciale de pneus du mois d’octobre 2006.
Souhaitez vous reconduire cette mesure ? Si oui, quand ?
3) Une personne de Remicourt s’est blessée lors d’une visite au RECYPARC de la chaussée verte l’année passée. En fait elle a eu une coupure aux pieds ayant marché sur des débris de verre jonchant le sol.
Cette blessure a provoqué un saignement abondant.
Hélas, elle n’a pu être soignée sur place par manque de moyen de « premiers secours »
Outre le fait que cette cliente n’ait pu être soignée, ce qui donne une mauvaise image d’Intradel, je m’interroge également quand à la responsabilité qui incombe à tout employeur de fournir des moyens de secours à leurs agents.
(Voir le R.G.P.T. en général et l’art. 178 en particulier.)
En vous remerciant pour l’attention portée à la présente lettre et dans l’attente de vous lire, recevez Monsieur le Président du Conseil d’Administration, mes meilleures salutations.

Le Conseiller Communal ECOLO
Guy BAUCANT


Copie de la réponse sur simple demande par courriel .


Ca bouge !
Bienvenue sur le nouveau site de la locale de Remicourt.
Actu ECOLO
Remonter en haut de la page